Après l’expulsion du Marais, la lutte continue !

La préfecture du Calvados a procédé à l’expulsion du squat du Marais où 250 personnes avaient élu domicile depuis avril 2018. Ce lieu a été ouvert grâce à une convergence de la CGT Enedis, de personnes non encartées et de l’Assemblée Générale de lutte contre toutes les expulsions. De nombreux collectifs s’y étaient investis : l’AG convergences, l’école nomade, les gilets jaunes, le fournil du marais, le café des images, etc et avaient fait vivre ce lieu. Il a été aussi marqué par le passage de no-borders qui ont participé activement à l’impulsion d’une vie collective.

La menace d’expulsion du lieu avait provoqué le départ anticipé d’une majorité des habitantEs. Mardi, dès 6h du matin, un important dispositif policier (police aux frontières, RAID, Gendarmerie mobile, police nationale, BAC) nous a expulsé manu-militari et de manière expéditive. 81 habitantEs ont été parqués dans un hangar du site dans le but de les trier selon les critères subjectifs de la DDCS : 7 personnes ont été enfermées en Centre de Rétention Administrative (CRA) à Oissel (près de Rouen) et à Rennes, une famille de 5 personnes a été assignée à résidence en vue d’une prochaine expulsion, 41 personnes ont été placées à l’hôtel pour 3 nuits, et 28 dans des foyers d’hébergement d’urgence de manière très temporaire (une seule nuit dans certains cas). Et les dizaines de personnes qui avaient quitté le Marais avant l’expulsion, n’ont pour la plupart trouvé des solutions qu’à très court terme.

C’est la première fois, depuis six ans et demi d’existence de l’Assemblée Générale de lutte contre toutes les expulsions, que la police aux frontières intervient sur une expulsion. Nous déplorons donc les premières déportations de personnes en CRA et assignations à résidence suite à une expulsion. Nous constatons que les personnes concernées par les placements en CRA et celles assignées à résidence, sont originaires des deux pays ciblés par la politique xénophobe du gouvernement : l’Albanie et la Géorgie. Pays dits « sûrs » et dont les demandes d’asile constituent une « anomalie », selon le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

Partout en France, les préfectures appliquent les consignes gouvernementales, à Rennes récemment, 33 personnes ont été raflées et 25 d’entre elles ont été expulsées par charter en Géorgie, à Nantes, ce sont 11 personnes qui ont été placées en CRA suite à une expulsion d’un campement provisoire.

Nous restons vigilantEs concernant la famille assignée à résidence, et nous invitons les personnes à s’inscrire sur une liste d’alerte téléphonique afin de se rassembler de façon très réactive pour empêcher sa déportation.

Nous avons mis en place un soutien juridique pour les personnes placées en CRA et nous suivons l’évolution de leur situation de près.

Plus que jamais, l’Assemblée Générale de lutte contre toutes les expulsions revendique un accueil digne et l’égalité des droits, la régularisation de toutEs les sans papiers, et un logement décent pour toutEs !

Assemblée Générale hebdomadaire ce soir à 19h au squat de la Grâce de dieu
situé au 2, rue Cardinal Lavigerie

Pour t’inscrire à la liste d’alerte téléphonique, envoie un mail à : ag-contre-expulsions@riseup.net ou un texto au 07 83 86 17 66

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s