Onzième expulsion en 4 mois !

Ce matin, vers 8h, la gendarmerie nationale a procédé à l’expulsion des trois maisons de la cité de la sucrerie de Cagny, occupées depuis le 9 septembre dernier par 7 familles d’origine albanaise et kosovare. La procédure intentée par la multinationale Südzucker, propriétaire des lieux, a été expéditive. Le délibéré nous est parvenu très tardivement lundi 5 octobre, jour du passage de l’huissier de justice qui nous remettait un commandement à quitter les lieux de 48h ! Celui-ci, très partial, nous a été totalement défavorable, car il stipulait que le droit au logement est de valeur inférieure au droit à la propriété, et aucun de nos arguments n’a été retenu. Ceux de la partie adverse, absolument pas étayés, ont, quant à eux, été tous retenus : insalubrité des lieux, maisons mises en vente le 10 septembre soit le lendemain de leur occupation comme par hasard, reconnaissance de la voie de fait, non-scolarisation des enfants alors que nous avions produit les certificats de scolarité, non-recherche de logement de la part des familles qui « préfèrent » squatter, sous-entendus de revenus illégaux, etc.

Nous avons aussitôt fait appel de la décision et organisé une conférence de presse avec notre avocate à Cagny mardi 6 octobre, puis demandé un référé heure à heure pour que l’appel qui aura lieu dans quelques mois soit suspensif, demande qui a été refusée le mercredi suivant.

Par ailleurs, les nombreux passages quotidiens de la gendarmerie ont exercé une pression importante sur les 7 familles. Celles-ci ont même été convoquées à la gendarmerie de Moult pour « un examen approfondi des situations » qui a duré d’une heure-trente à 2 heures chacun et lors desquels les gendarmes ont insisté, en utilisant des techniques d’intimidation, pour que les habitantEs quittent les squats. Suite à ces entretiens, la gendarmerie a remis à une famille une OQTF et une IRTF dimanche 11 octobre. Les 6 autres familles qui étaient absentes n’ont toujours rien reçu. Ce matin, seule une famille était présente lors de l’expulsion, en effet, plusieurs familles avaient préféré quitter les lieux, d’autres n’y passaient que la nuit et partaient très tôt le matin.

Samedi dernier, une trentaine de personnes (soutiens, habitantEs de squats dont ceux Cagny et migrants vivants à Ouistreham) a manifesté à Paris, aux cotés de milliers de manifestantEs venuEs de toute la France pour revendiquer l’égalité des droits et la régularisation de tous les sans papiers lors de l’acte 3 de la marche des solidarités. Pour lutter contre la politique nauséabonde de Macron et de son gouvernement qui fait des ravages partout en France et aux frontières de l’Europe, nous devrons encore amplifier la mobilisation pour inverser le rapport de force lors de l’acte 4 qui s’annonce.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s