Rouen : 200 exilé-e-s hébergé-e-s au squat de La Garenne

2 articles repris du site rouennais d’infos militantes « A l’ouest« .

La Garenne Vivra

Le samedi 19 mai, une manifestation contre toutes les expulsions est partie vers 14h15 de l’église Saint-Sever pour arriver jusqu’à un lieu ouvert illégalement pour l’accueil des migrants.
Les voisins sont aux fenêtres. Les premiers ont fermé leurs volets, les plus curieux regardent toujours et se marrent un peu.

« Le bâtiment est vide depuis 5 ans, la mairie l’a elle-même réquisitionné l’hiver dernier pour des mineurs isolés, et aujourd’hui le bailleur social qui le possède le met en vente. » dit un occupant.
Las Ketchup passe en musique de fond, un drapeau en couverture de survie est agité à une fenêtre, c’est beau. Les flics barrent la rue en amont avec un seul fourgon. C’est tranquillissimo.

 

Samedi dernier à 14h, nous nous sommes retrouvé.e.s sur le parvis de l’église Saint Sever.

À l’appel de plusieurs associations et collectifs, nous avions fait le déplacement pour crier notre colère face à une situation intolérable mais pourtant omniprésente : le mal logement.Une situation d’autant plus révoltante qu’en France, alors même que des milliers de personnes, parfois même des enfants, dorment dans la rue, des dizaines de bâtiments vides et souvent en excellent état pourraient les accueillir.

Dans une ambiance festive, nous nous sommes mis.e.s en route le long de la rue d’Elbeuf. En tête, nous portions des banderoles dont les slogans résumaient la visée globale de notre combat : Refugees welcome / Fac, zad, exilé.e.s, sans abri.e.s, non aux expulsions…

Mais au-delà des fumigènes, des confettis et des cotillons, le carnaval anti-expulsions devait être plus qu’une simple déambulation de protestation. Face à l’urgence, l’heure est à l’action, plus précisément à la réquisition.

Escorté.e.s par des flics qui ignoraient tout de notre véritable but et que nous avons réussi à feinter en les aiguillant sur une fausse route, notre arrivée se fit dans un magnifique sprint, comme si chacun.e voulait être la premier.e à découvrir enfin ce nouveau lieu.

Quatre étages, 50 appartements vides, l’ancienne maison de retraite La Garenne située au 19 rue du Hameau des Brouettes dans le quartier Saint Clément ne demandait qu’à accueillir les exilé.e.s, d’où qu’iels viennent.

Deux mois de plus pour l’occupation de La Garenne

Le tribunal n’a pas retenu la voie de fait demandée par la partie adverse et a donc donné le très petit delai de deux mois. Deux mois pour que 200 personnes puissent trouver une solution d’hébergement. Aucune autre solution n’a pour l’instant été proposée par la mairie ou la préfecture pour un relogement futur.

Ce rendu intervient dans un contexte général de durcissement de la politique liée à l’immigration, avec l’adoption il y a quelques jours de la loi asile-immigration qui rend plus difficile encore les conditions de séjour des exilés.

Prenons par exemple l’article 16 qui vise à augmenter la durée maximale de séjour en centre de rétention : elle est aujourd’hui de quarante-cinq jours, le gouvernement souhaitait la porter à quatre-vingt-dix, voire à cent quarante-cinq. Les députés ont maintenu un seuil plancher à quarante-cinq jours, mais plafonné à quatre-vingt-dix jours.

200 personnes dont de nombreuses familles vont être expulsées par la préfète Fabienne Buccio, spécialiste des questions migratoires : c’est elle qui avait détruit le jungle de Calais. Le site A l’ouest avait dressé son portrait lors de sa prise de fonction : «Et tandis que revoilà la sous-préfète…»

Depuis le 19 mai, l’ancienne maison de retraite La Garenne est habitée par des exilés. Dans ce lieu auparavant vide, chacun d’entre eux peut maintenant jouir de conditions de vie décentes.
arton421-11214

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s