Expulsion de la ZAD : 80 manifestant-e-s blessé-e-s mercredi, sources d’infos et appel à rassemblement à Caen le 13 avril

L’expulsion de la ZAD de Notre Dame Des Landes se poursuit, menée par 2500 gendarmes, appuyés par des blindés, des hélicoptères et des drones de surveillance.

La journée du mercredi 11 a été particulièrement violente. Une manifestation sur la ZAD a été la cible d’une pluie de grenades lacrymogènes et « assourdissantes » (qui provoquent une forte détonation de 170 décibels, un effet de souffle important et des éclats métalliques et de plastiques) et de nombreux tirs de flashball. On signale aussi de nombreux tirs tendus de grenades lacrymos, pratique pourtant illégale en théorie.

80 personnes ont été blessées, certaines gravement…

Le traitement médiatique des évènements sur la ZAD est le plus souvent caricatural et proche du discours gouvernemental. Nous vous indiquons donc quelques sources d’informations sur internet qui vous permettrons d’accéder à un suivi heure par heure de la situation.
Le site des occupant-e-s de la ZAD : https://zad.nadir.org/
Le site écologiste « Reporterre » qui a des journalistes sur place 24/24 : https://reporterre.net/
Nous mettons en ligne ci-dessous le bilan des équipes médicales de la ZAD pour la journée du 11 avril ainsi que des photos, prises sur la ZAD, sur les effets des grenades « assourdissantes », capables de déchiqueter des pieds. Vous trouverez également un appel à se rassembler à Caen vendredi 13 avril, à 18H, Place Bouchard.
Sur la journée de Mercredi :

« Mercredi 11 avril, 6 lieux de vie et habitats supplémentaires de la zad ont été détruits : Sécherie, Acatrelle, Isolette, Boîte noire, Entre deux, Gaieté… Ils continuent d’essayer d’éradiquer nos vies, notre histoire.

Des centaines de soutiens étaient présents pour un pique-nique de protestation ce midi. A 14h un déferlement de gaz lacrymogènes et de grenades, perçant les chairs, s’est abattu sur une foule festive et multigénérationnelle qui dansait avec une batucada sur un champs à côté des Fosses Noires.

Cette attaque ainsi que celles extrêmement brutales qui ont suivi immédiatement autour de la maison de la Grée et au carrefour de la Saulce ont provoqué de très nombreuses blessures. L’équipe médic fait état de plus de 80 blessés Le bilan de 17h45 (non exhaustif et sous-évalué du fait des difficultés de circulation sur la zone empêchant d’atteindre tous les blessés) fait état de 15 blessures au Flashball, dont une grave au visage ; 16 blessures suite à des tirs tendus de grenades lacrymogènes à la tête. Il y a aussi eu 22 blessures liées à des explosions de grenades : une quinzaine liées à des éclats, y compris à la gorge, et avec des séquelles suspectées au niveau des tendons et des nerfs. Par ailleurs, des troubles auditifs liées aux explosions de grenade F4 tirées à l’aveugle sur les gent.te.s ont été constatées, ainsi que plus de 12 blessures diverses à la tête, certaines touchant l’oeil. Une personne gravement blessée a dû être évacuée par des aides-soignant.e.s dont le véhicule a été bloqué pendant plus de 30 minutes, avant d’avoir accès au SAMU, sans que les soignant.e.s soient autorisé.e.s à revenir vers le QG medic. Trois journalistes ont été blessés après avoir été délibérement visés. La préfecture a aussi fait le choix de couper l’électricité dans les maisons en dur encore laissées debout, autour des habitats attaqués. Une femme enceinte et deux enfants en bas âge sont ce soir privés d’électricité (…)

Nous rappelons les rendez vous de samedi 14, pour la manifestation à Nantes contre les expulsions de la zad (rendez-vous 16h30 place du cirque) et dimanche 15 pour une grande convergence sur la zad pour répondre sur le terrain à l’opération d’expulsion. »
Sur les grenades « assourdissantes » massivement utilisée sur la ZAD contre les manifestant-e-s (repris de https://www.facebook.com/Nantes.Revoltee/) :

30656621_1657251694310997_5318107078038913024_n

Ce n’est pas la reconstitution d’un film de guerre. C’est l’explosion d’une grenade GLI F4, lancée par la gendarmerie sur des civils (ici, des journalistes), dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes.

La grenade GLI F4 contient 25 grammes de matière explosive pure : du TNT. Elle produit une importante détonation, un effet de souffle, et projette des éclats qui s’enfoncent dans les chairs. La France est le seul pays d’Europe à utiliser ce type d’armes pour le maintien de l’ordre.

Jusqu’ici, tout va bien …

 Une photo du cratère causé par l’explosion d’une grenade « assourdissante »

img_2384_crate_re_de_grenade

Photos d’un des blessés de la ZAD (éclats de grenade « assourdissante »)

photomedic1-d24a2

photomedic2-b82c9

Exemple de « tir tendu » interdit

snjcgt

Une toute partie de ce que la gendarmerie mobile balance sur les gens à la ZAD…

grenades

Suspension immédiate de l’évacuation de la ZAD

Facs, ZAD, Migrants : stop à la répression policière !

Rassemblement Place Bouchard vendredi 13 avril à 18H

Au troisième jour de l’intervention militaire sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, une évidence s’impose : ce n’est pas seulement évacuer la ZAD que veut le gouvernement, mais c’est aussi briser celles et ceux qui, depuis des années, ont choisi de lier leurs vies au refus de la destruction du bocage et des zones humides de Notre-Dame-des-Landes, celles et ceux qui, pour le bien de tou-te-s, ouvrent le chemin des nombreux autres mondes possibles.

Alors que la préfecture de Loire-Atlantique prétendait chercher une solution apaisée, c’est la violence de l’Etat qui se manifeste actuellement. En détruisant par la force des dizaines de lieux de vie et de nombreuses parcelles cultivées, en blessant des dizaines de personnes qui s’opposent à cette politique de la terre brûlée, le gouvernement renie ses propres engagements antérieurs de modération et de dialogue. Il refuse ainsi une sortie pacifique du conflit, comme ce fut pourtant le cas au Larzac dans les années 1980. 

Zadistes, étudiants, migrants subissent de plein fouet la violence policière. Le gouvernement fait clairement le choix de la répression. Faut-il y voir un avertissement de sa part à toutes celles et ceux qui participent aux mouvements sociaux ?

Face à cette attitude irresponsable qui nourrit l’escalade de la violence, et avant que l’irréparable ne se produise, nous appelons à l’arrêt immédiat des opérations policières sur la ZAD.

Nous apportons tout notre soutien à celles et ceux qui tentent de s’opposer à ces destructions insupportables. La ZAD vivra !

Premiers signataires : Alternatiba-Caen, EÉLV-Calvados, Ensemble !14-61, France Insoumise GA de Ifs-Hérouville-Colombelles/Giberville/Mondeville-Bocage virois, NPA, Racailles-média des luttes et des alternatives, Union locale-CGT d’Hérouville, Union syndicale Solidaires 14

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s