4 avril, grève nationale des salarié-e-s intervenant en centres de rétention

Repris du site rennais d’infos militantes « Expansive » (https://expansive.info/).
Les intervenant.e.s en rétention de la CIMADE expliquent pourquoi elles et ils seront en grève ce mercredi 4 avril

Nous souhaitons vous informer qu’une large partie des intervenant.e.s de la rétention a pris l’initiative d’une mobilisation spécifique en vue de dénoncer l’allongement de la durée de rétention prévue par le projet de loi asile et immigration, et plus largement le projet dans son entier.

En effet, en tant que témoins au quotidien de la violence qu’infligent l’enfermement, l’expulsion et les politiques migratoires répressives à l’encontre des étrangers retenus, il nous semblait important de « marquer le coup » depuis notre position particulière.

Nous avons décidé de nous retirer des CRA et de faire grève le mercredi 4 avril, jour du passage du projet en commissions des lois.

N’hésitez pas à parler de la mobilisation dans vos réseaux militants et/ou professionnels pour que nous soyons le plus nombreux.ses possible le 4 avril !

Communiqué national du syndicat Asso (Union Syndicale Solidaires)

Après sa présentation en conseil des ministres ce 21 février, le projet de loi asile et immigration doit être examiné par la commission des lois le mardi 3 et le mercredi 4 avril. Ce projet et les circulaires qui l’accompagnent portent des atteintes graves aux droits fondamentaux des personnes migrantes, par une série de mesures de contrôle, de tri, de contrainte et d’exclusion.

Massification des interdictions de retour, contrôle policier jusque dans les lieux d’hébergement, réduction des délais de recours des demandeurs d’asile ou encore allongement de la durée de la retenue pour vérification du droit au séjour : il s’agit là d’autant de tentatives de sanctionner la migration en tant que telle et de refuser un accueil digne aux personnes exilées.

Par ailleurs ce projet de loi confirme les mesures d’exception qui prévoient des droits au rabais en outre-mer et ajoute même de nouvelles dérogations dans certains départements.

Point important de ce projet, l’allongement de la durée de rétention jusqu’à 135 jours va entériner un enfermement inutile et lourd de conséquences humaines pour les personnes migrantes dans le but illusoire d’expulser toujours plus.

Nous, salarié-e-s de la Cimade intervenant au sein des centres de rétention, sommes quotidiennement témoins de la terrible violence qu’impliquent l’enfermement et l’expulsion. Nous observons chaque jour leurs conséquences sur les vies des personnes migrantes et les actes de désespoir qu’ils peuvent entraîner. Nous constatons également la violence d’une politique migratoire qui, plus largement, maintient dans la précarité et l’exclusion des personnes souvent déjà fragilisées par leurs parcours individuels. A ce titre nous nous mobilisons pour dénoncer l’allongement de la durée de rétention, mais également contre le projet de loi dans son ensemble et les circulaires qui l’accompagnent, dont nous demandons le retrait pur et simple.

Pour montrer notre opposition à ce projet de loi, nous nous mettons en grève ce mercredi 4 avril et nous appelons tou-t-e-s les salarié-e-s du secteur associatif et social à nous rejoindre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s