Lyon : Collège occupé pour abriter des familles, 2 manifs de soutien aux migrants à la rue et appel à une coordination nationale en janvier

Repris du site « Rebellyon » (https://rebellyon.info/).

Le Collège Barbusse de Vaulx-en-Velin

est occupé pour des familles sans logement

Les personnels du collège Henri Barbusse ont décidé d’occuper leur établissement depuis le vendredi 1er décembre pour mettre à l’abri deux familles dont des enfants sont scolarisés au sein de leur établissement.

Les personnels avaient pourtant alerté les autorités par communiqué des sections syndicales le 17 novembre puis par communiqué des personnels réunis en heure d’information syndicale le 20 novembre. Or deux semaines plus tard, aucune solution n’a été proposée alors que ces familles ont, dans un cas, des enfants français et, dans le deuxième cas, une procédure d’asile enregistrée en octobre.

Par l’intermédiaire du collectif Jamais Sans Toit ils ont appris que des places seraient ouvertes le 1er décembre, notamment dans le cadre de la chute des températures et l’ouverture d’un gymnase pour le plan grand froid. Or vendredi en fin de journée, les personnels ont compris que des enfants de 6 ans devraient passer leurs nuits dehors avec des températures négatives, ils ont donc décidé de les mettre à l’abri au sein du collège.

Les personnels rappellent que l’hébergement est un droit inconditionnel ( l’article 3452-2 du Code de l’Action sociale et des familles, qui a force de loi stipule : « Toute personne en situation de détresse a accès, sans aucune condition de régularité de situation, à tout moment à un hébergement d’urgence. »). Ils demandent donc à ce que la préfecture et les différentes autorités (en particulier la métropole propriétaire de nombreux logements vides) appliquent la loi et que des solutions soient proposées au plus vite pour ces 2 familles. Les personnels se permettent de rappeler qu’un logement de fonction neuf est vide et chauffé au sein du collège depuis 4 ans.

arton18465-a2351

Repris du site du journal « Lyon Capitale » (www.lyoncapitale.fr/).
Lyon : une importante manifestation de soutien aux migrants


Malgré le froid glacial, entre 500 et 1 000 personnes ont répondu à l’appel du collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69, samedi après-midi.

Des manifestants soutiennent les migrants et réfugiés

 
© Sylvian Baudry
Des manifestants soutiennent les migrants et réfugiés
 

Bravant le froid, entre 500 manifestants (selon la police) et un petit millier (selon les manifestants) ont effectué une boucle à partir de la place des Terreaux, en passant par la place des Jacobins, hier après-midi. Composé de plus d’une trentaine de syndicats*, collectifs et partis politiques, le collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69 a montré que la cause des migrants ne laissait pas les Lyonnais indifférents.

Julien, membre du collectif, est ravi : « Avec ce qui se passait en ce moment à Lyon, il y avait matière à ce que les gens se mobilisent. On est plutôt content du résultat, surtout qu’on est en décembre et qu’il fait très froid. Ce doit être la plus grosse manif à Lyon depuis un moment sur cette question-là. »

« Des papiers, une école, un toit pour tous »

Avec une telle diversité, la manifestation ne portait pas un seul et même message, mais la « solidarité avec les réfugiés du monde entier », et la volonté d’obtenir « des papiers, une école, un toit pour tous » a été martelée.

Même si le collectif « Jamais sans toit » n’occupe plus d’école suite au logement des familles à l’hôtel ou dans le gymnase du 7e arrondissement, ses membres tenaient à être présents : « Peu importe le motif, ce qui me fait plaisir c’est de savoir que ces familles sont au chaud. On est satisfait, mais on est vigilant pour la suite, prévient Allan Maria. On espère que toutes les familles seront prises en charge, et qu’aucune ne sera laissée sur le carreau. »

« On s’oppose au tri entre les migrants »

Sur le plan lyonnais, la situation des personnes mal logées tend à s’améliorer, avec l’ouverture de gymnases, pour l’hébergement d’urgence des personnes sans domicile fixe : « Le plan « grand froid » va se déclencher, avec les températures négatives le jour et le soir, positive Julien. Le souci qu’on a, c’est la volonté de la préfecture de faire le tri entre ce qu’ils appellent les « bons » et « mauvais » migrants. On s’oppose totalement à cela. »

D’autres, comme le syndicat Lutte ouvrière (LO), souhaitaient montrer leur désaccord vis-à-vis de la politique de la France, notamment à l’étranger. « Tout ce qui se passe est le fruit de cette politique. Si elle ne menait pas la guerre en Afrique, en Irak, en Syrie, il n’y aurait pas tous ces réfugiés », assure Marie Seemann, militante de LO. Avant d’ajouter : « On est pour que les migrants, les réfugiés, puissent avoir le droit d’asile, puissent s’installer, puissent circuler librement, comme ils le souhaitent. »

Le prochain rassemblement est prévu mardi 5 décembre à 12 h 30, devant la préfecture, pour continuer à faire entendre les très nombreuses voix du collectif de soutien Lyon-69.

*ATTAC-Rhône, CGT Vinatier, CGT-Éduc’Action Rhône, Union Départementale CGT, Union Départementale CNT, Collectif des EtudiantEs EtrangerEs, Collectif 69 Palestine, Collectif Agir Migrants, Coordination Urgence Migrants, Émancipation-69, FSU 69, LDH Rhône, Migrations Minorités Sexuelles et de Genre, MRAP LYON 1-4, MRAP LYON 3-7-8, RESF-69, Solidaires 69, Solidaires EtudiantEs, UJFP Lyon, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes-Lyon, EELV 69, ENSEMBLE !, L’insurgé, Lutte Ouvrière, MJCF Rhône, Nouveau Parti Anticapitaliste, OCML-VP, Parti de Gauche69, PCF, UPC…

 Repris du site « Rebellyon » (https://rebellyon.info/).

500 personnes devant la préfecture en soutien à l’occupation d’amphi à la fac de Lyon 2 et communiqué des occupant-e-s

Le rassemblement appelé d’hier devant la préfecture en soutien aux occupant-e-s de l’amphi C de l’Université Lumière Lyon 2 a réuni environ 500 personnes.

Pour rappel, les migrant-e-s de l’amphi C, expulsés d’un couloir à la Part-Dieu et réfugiés à l’amphi C avec l’aide de nombreux-ses étudiant-e-s solidaires, demandent un logement durable et décent ainsi que le passage de leur demande d’asile en procédure normale, la grande majorité d’entre eux étant demandeurs d’asile en procédure Dublin, et plusieurs ayant déjà reçu des obligations de quitter le territoire français pour être transférés vers l’Espagne ou l’Italie.
Une première « solution » d’hébergement pour seulement 10 jours dans un gymnase situé à Meyzieu avait été proposée par la préfecture, proposition refusée par les migrant-e-s et leurs soutiens puisqu’elle n’est ni décente ni durable en termes d’hébergement, éloigne les migrant-e-s de leurs soutiens et laisse présager un tri selon la situation administrative avec expulsions des personnes sous OQTF ou en situation irrégulière.
Lors du rassemblement, une délégation composée de professeurs de l’université, de demandeurs d’asile en procédure Dublin et d’étudiant-e-s solidaires occupant l’amphi C, d’un représentant de la CGT sans-papiers et d’un membre de la Coordination Urgence Migrants (la CUM qui regroupe de nombreuses associations), a été reçue par le chef de cabinet du Préfet.

Le représentant de la Préfecture ne s’est engagé à rien à part à transmettre nos analyses de la situation et nos revendications au Préfet et au Ministère, qui devraient nous faire parvenir prochainement leur position.

Ont été demandés : 

- la réquisition d’un bâtiment vide comprenant 50 chambres (places) , qui serait géré selon une convention d’occupation par une association (et non pas par la préfecture), pour l’hébergement des occupants de l’amphi C au moins jusqu’à la fin de la trêve hivernale, et ce sans considération de leur statut (sans papiers, Dublin, demandeur d’asile procédure normale).
- l’engagement écrit de la préfecture à ce qu’aucune mesure d’éloignement ne soit prise ou exécutée pendant cette période
- l’utilisation du droit souverain du préfet à faire passer toutes les demandes d’asile des concerné-e-s de la procédure Dublin à la procédure normale, comme cela a déjà été fait par exemple à Calais.

Suite à cette rencontre, la présidente de l’université s’est engagée à ne pas procéder à l’évacuation de l’amphi C avant vendredi soir dans un premier temps, dans l’attente de la réponse de la préfecture. 

Ne relâchons pas la pression mises à l’université, à la préfecture, à la métropole, augmentons le rapport de force jusqu’à obtenir satisfaction sur l’ensemble de ces revendications !

Nous invitons donc chacun.e.s à se mobiliser :

  • vendredi 7 et samedi 8 décembre : par différents moyens, perturber la fête des Lumières. (RDV mercredi 6/12 à 14hà l’amphi C pour un atelier banderole).
  • mardi 12 décembre : nouvelle AG à 20h à Lyon 2 Bron pour continuer à s’organiser tous-tes ensemble.
  • mercredi 13 décembre : action de solidarité envers les migrant-es.
  • samedi 16 décembre : manifestation au départ de Monplaisir en direction de Garibaldi.

En écho à la mobilisation dans la vallée de la Roya, nous proposons de faire de cette journée du 16 décembre une journée d’action nationale. Enfin, nous invitons l’ensemble des personnes en lutte partout en France à se joindre à une coordination nationale en janvier à Lyon afin d’organiser la riposte à plus grande échelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s